Faits divers

2021

Sauvetage d’un cygnaux

Samedi 11 septembre, vers 19 heures, nous avons été sollicités pour faire un sauvetage sur l’étang. En effet, un des cygnaux était en difficulté et peinait à nager. Il était entravé par un fil de pêche qui lui entourait le cou, une partie du corps et une patte. Après avoir éloigné les parents cygnes et le reste de la famille en les attirant avec du pain, Sébastien est descendu dans l’eau pour attraper délicatement le blessé avec son épuisette. Il l’a ensuite remonté sur la berge où avec l’aide de Coralie et Sandrine, il a pu retirer le fil ainsi que le plomb qu’il avait sous l’aile. Le retrait de l’hameçon a été un peu plus long car celui-ci était bien planté dans le cou. Le cygnaux est resté calme et a repris l’eau de lui-même quelques minutes après la fin de l’opération.

Merci à Sébastien, Sandrine, Coralie, Brigitte et Agnès pour leur collaboration.

En cliquant sur une des photos du diaporama suivant, vous pourrez l’agrandir et aussi gérer manuellement le défilement grâce aux deux  flèches  positionnées de chaque  côté de la photo. Vous aurez aussi accès aux commentaires.

Les Echos (suite) =>


Nouvelles  des cygnaux

Ils ont 4 mois et sont toujours plus beaux !


Ils ont maintenant un peu plus de 3 mois. Les petits sont encore au nombre de neuf. Il manque un petit noir. La mère montre la voie, la père ferme la marche ou plutôt la nage…

Naissance du côté de l’étang

Depuis quelques années, un couple de cygne revient chaque printemps faire son nid sur l’île qui se trouve au milieu de l’étang. Les bébés cygnaux sont nés le 28 avril mais ont fait leur première sortie hors du nid le 3 mai.

Nous espérons qu’ils ne disparaitront pas mystérieusement au bout de quelques temps comme l’année passée. Nous espérons également que l’équipe des quatre jeunes, menée par Corentin, va aussi trouver des idées  de divertissements « plus intelligentes » que le « caillassage » des cygnes pour occuper leur dimanche après-midi…

Le 1er avril, nous avons aussi pu photographier une nichée d’une dizaine de canetons sur l’étang.

En cliquant sur une des photos du diaporama suivant, vous pourrez l’agrandir et aussi gérer manuellement le défilement grâce aux deux  flèches  positionnées de chaque  côté de la photo. Vous aurez aussi accès aux commentaires.

Monogames, les cygnes réutilisent chaque année le même nid. Le mâle contribue à la construction du nid. La femelle pond, en moyenne, entre 4 et 8 oeufs, à raison d’un oeuf tous les deux jours. Un oeuf peut peser jusqu’à 340 grammes. La couvaison dure entre 35 et 40 jours et est assurée principalement par la femelle bien que le mâle ne soit jamais loin pour veiller sur sa famille. On reconnaît le mâle à la taille de la masse noire qui se trouve au dessus de son bec et qui s’appelle tubercule.

Les cygnaux, qu’on peut aussi appeler cygnets ou cygnons, naissent avec un duvet gris. Ils deviennent blanc par la suite. Ils savent nager dès leur naissance et prennent leur premier envol vers 5 mois. Les cygnes se nourrissent de plantes aquatiques qu’ils arrachent au fond de l’eau, d’herbes qu’ils trouvent sur les rives, d’insectes, de mollusques, de petits poissons et parfois même de grenouilles. 

Un cygne adulte peut peser jusqu’à 20 kilos. En liberté, il a une espérance de vie d’une vingtaine d’années.

******

2016

 Crues de L’Airain

En cliquant sur une des photos du diaporama suivant, vous pourrez l’agrandir et aussi gérer manuellement le défilement grâce aux deux  flèches  positionnées de chaque  côté de la photo.

******